MENUMENU

Normes mondiales pour l'éducation et la formation en travail social

Normes mondiales pour l'éducation et la formation en travail social

Le Comité mondial des normes minimales de qualification a été créé à l’initiative conjointe de l’Association internationale des écoles de service social (IASSW) et de la Fédération internationale des travailleurs sociaux (IFSW) lors de la conférence conjointe IASSW / IFSW à Montréal (Canada) en juillet 2000.

Veuillez cliquer ici pour voir: Normes mondiales pour l'éducation et la formation des professionnels du travail social

La version finale des normes mondiales pour l’éducation et la formation en travail social a été adoptée par l’IASSW et l’IFSW lors de leurs assemblées générales à Adélaïde (Australie) en octobre 2004.

Vishanthie Sewpaul, présidente du comité de normalisation mondial, écrit:

Nous sommes reconnaissants à nos collègues internationaux pour leur réactivité et leur engagement à rendre possibles les Normes mondiales pour la formation et le travail en travail social. Nous sommes particulièrement reconnaissants à tous les collègues qui ont traduit le document en plusieurs langues. L'idée de normes mondiales a été conçue bien avant mon entrée en scène grâce au leadership visionnaire de personnalités telles que Lena Dominelli, présidente de ce qui s'appelait alors le Comité mondial des normes de qualification, de janvier à janvier 2000, date à laquelle j'ai été nommé président. . En entendant pour la première fois parler de la possibilité de formuler des normes mondiales pour l’éducation et la formation en travail social, j’ai été choqué par ce que j’ai pensé être un projet beaucoup trop ambitieux et trop présomptueux. J'ai immédiatement mis en doute son potentiel pour renforcer l'impérialisme occidental et les discours hégémoniques et j'ai exprimé mes réserves quant à la possibilité de participer à un tel processus. On m'avait dit que, conscient de la complexité d'une telle initiative, je serais bien à même de l'aborder avec le type de sensibilité requis.

Je suis entré sur le terrain en entamant un dialogue avec les membres du Comité de normalisation mondial et avec autant de collègues que possible dans le monde entier. J'ai d'abord demandé à mes collègues ce qu'ils pensaient de l'idée d'élaborer des normes mondiales, quels pourraient être ses avantages et inconvénients potentiels, ce qui devrait constituer le contenu d'un tel document, si celui-ci se matérialisait. À ma grande surprise, j'ai constaté que la majorité des collègues étaient favorables à l'élaboration de normes mondiales. Je pensais que leur recommandation était «un défi de taille» qu'un tel document détaillant certains universaux soit suffisamment souple pour être applicable à n'importe quel contexte et permette des interprétations de la formation et de la pratique du travail social spécifiques aux régions. Après avoir obtenu le mandat de poursuivre une telle initiative, sur la base des contributions du Comité et de ses collègues, d’un examen des normes nationales et régionales disponibles et d’un examen de la littérature, un premier projet a été produit en janvier 2002. Divers processus de consultation, qui sont tous détaillés dans le document sur les normes mondiales, et plusieurs examens ont ensuite abouti au document adopté lors des assemblées générales de l'IASSW et de l'IFSW à Adélaïde en octobre 2004, à condition que les préoccupations des pédagogues sociaux soient prises en compte. incorporés dans le document, les pédagogues sociaux fournissant la langue pour embrasser leurs préoccupations. Lorsque les pédagogues sociaux ont fourni un tel langage, ils ont insisté pour que toute référence au «travail social» soit assimilée à la «profession de travailleur social». Ainsi, le document final fait référence à: «Normes mondiales pour la formation des professionnels du travail social». ”

Malgré les défauts inhérents au processus de représentation, le document, élaboré selon un processus aussi inclusif que possible, représente, dans toute la mesure de nos moyens, les vues des membres de l'IASSW et de l'IFSW. Alors que la vision des normes mondiales avait été initialement conçue par les dirigeants de l'IASSW et de l'IFSW, sa substance était déterminée par un large éventail de personnes. Le document n’est pas destiné à être un produit final fini et statique et, dans l’intérêt de renforcer notre engagement en faveur de la justice sociale, des droits de l’homme, de l’inclusion, du dialogue international et de la réactivité à l’égard des utilisateurs de services, nous devons constamment remettre en question la valeur de nos activités et comment nous le faisons. Ainsi, nos collègues du monde entier sont invités à s’engager de manière critique dans le document, à évaluer sa pertinence pour leur contexte historique, socio-économique, politique et culturel et à s’engager dans un dialogue transnational et interrégional sur la formation et la pratique en matière de travail social. . Les normes mondiales ont suscité de nombreux débats, comme en témoigne le nombre de publications qui y sont liées. Voir, par exemple, le numéro spécial sur les normes mondiales en matière de formation au travail social, volume 23, no 5, octobre 2004 et le Journal international de l'action sociale, Volume14, no 3, juillet 2005. Des débats intéressants continuent. Par exemple, on m'a récemment demandé de rédiger une réponse à un article rédigé par deux collègues britanniques pour l'International Journal of Social Welfare concernant l'applicabilité de la définition internationale du travail social et des normes mondiales au contexte chinois.

Dialogue social

Problème actuel
Dialogue social 19
Vol. 19 - May 2018
Problèmes passés
Disponible ici

Magazine du dialogue social

Options de publicité dans les magazines de dialogue social

Liens sociaux

Langue du site